Forum des étudiants de lettres de l'UB

Forum des étudiants de lettres de l'UB

Forum des étudiants de Lettres de l'UB_Discussion, échanges, entraide et partage de cours en ligne


    Cours de Mme Bayle. 02.11.09

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 183
    Date d'inscription : 18/03/2008
    Age : 34
    Localisation : Over the rainbow.

    Cours de Mme Bayle. 02.11.09

    Message  Admin le Dim 08 Nov 2009, 3:08 am

    LA FEMME ARMEE

    Les sources mythologiques :
    Le mythe des amazones se voit remis au goût du jour du XVIème s. à travers types de représentations publiques (théâtre, l'opéra.)
    Les éléments effrayants ont disparu? au profit de la mise en valeur de traits caractéristiques positifs tels que le courage et la chasteté dressant le portrait d'une VIRGINITE COMBATTANTE.
    Les Amazones de la SCYTHIE apparaissent comme un peuple de vierges, de veuves ou de femmes parties combattre au loin.
    Elles sont comparées à de multiples figures de "femmes fortes", Catherine de Médicis, figures de la Réforme ou de la Contre-Réforme dont les exploits sont tributaires d'intérêts politiques.
    L'interprétation stoïcienne du mythe amazonien est privilégiée ; elle met en avant une possible maîtrise de la passion féminine.
    Vaillance et continence constituent les maîtres-mots de l'engouement dont jouit cette légende.

    Les modèles littéraires :
    Ils sont issus de la production poétique et épique du XVIème s.
    Leur recours témoignent de la recherche d'un renouveau de l'idéal chevaleresque.
    Les figures (virago) ainsi convoquées sont celles de femmes dotées d'une puissance virile.
    "Le Roland furieux" (1516-1532) en donne un exemple tout à fait notoire : Bradamante, soeur de Renaud de Montauban, se présente comme un chevalier "aux cheveux d'or". Celle-ci s'est travestie par amour pour Roger, "païen mahométan" qui consentira ultérieurement par se convertir. Bradamante est pourvue d'une lance magique dont elle exploitera les pouvoirs à dessein de délivrer Roger. Elle tentera également de fuir jugée sur un hippogriffe, oeuvre d'Atlan le magicien, guidée par son amant ; ce dernier motif n'est pas sans rappeler le voyage de Ganymède transporté par Zeus, auquel Shakespeare fait référence.

    Autres exemples:
    _ M*rphisen guerrière musulmane qui affronte Bradamante : leur combat offre une potentialité érotique;
    _ "La Jérusalem délivrée", Le Tasse (1575) : Récit de la première croisade. Chlorinde, autre guerrière musulmane combat Tandrète; cet épisode est exploité par Monterverdi.

    La pièce de Shakespeare ne participe d'aucune dimension religieuse mais s'inscrit dans un vaste réseau de références mythologiques destinées à rapprocher ses figures féminines de personnages mythologiques à potentiel fortement symbolique.

    Fonctions assumées par le travestissement dans le jeu amoureux:
    Il répond en priorité à une exigence de survie (fin de l'Acte I : Rosalinde devient Ganymède tandis que sa compagne prend le nom d'Aliéna);

    La rencontre de Rosalinde-Ganymède et d'Orlando (A II, scène 2): A l'initiative de la première, s'engage un jeu.
    Par quels biais et dispositifs s'exercent la connaissance et la connaissance de l'amour?
    Jeu de l'amour, la cour sont des éléments particulièrement importants dans le théâtre shakespearien.
    R.G mène ce jeu amoureux. Sa position dominante est renforcée par l'asymétrie des rôles, Orlando est davantage présenté comme le disciple de Rosalinde.
    Le poème d'Orlando contribue à l'établissement de ce jeu de rôles. Celui-ci s'amorce dès la fin de la scène 2 (p.113) à partir de l'occurrence suivante : "me JOUER de lui".
    Rosalinde endosse la posture du jeune homme insolent et s'invente un oncle. Elle critique vigoureusement le poème composé par Orlando qu'elle n'hésite pas à comparer à une homélie, un sermon dont elle dénonce autant le fond que la forme ( p.105, puis p.107-109.)

    Son trouble est pourtant bien visible (interruption des propos de Célia), il trahit l'impatience amoureuse dont elle est la proie. Son impossibilité à se rendre maîtresse de la parole en constitue une preuve manifeste. Dès lors, le travestissement apparaît comme une chose encombrante et contraignante pour le personnage (p.107109.)

    Vient ensuite une phase de repli favorisant l'observation, "connaissance par les yeux et les oreilles". Orlando défend un idéal féminin et confirmant par là la profondeur de son amour pour Rosalinde.
    Cet épisode est suivi des propos tenus par le laquais insolent et enfin par le jeu en tant que tel, qui se déroule jusqu'au début de l'acte IV.

    Quels sont les buts visés par Rosalinde?
    L'authenticité des intentions (Les jugements portés sur le poème d'Orlando étaient purement rhétoriques.)
    Orlando confirme qu'il est l'auteur des traces laissées dans l'écorce des arbres (p.115-116.) Cettte découverte procède de la réitération de l'amour que Rosalinde n'a de cesse d'éprouver; pourtant elle ne consent pas à se contenter de cet aveu.
    Actualisation scénique du jeu désiré par Rosalinde dans le premier acte : On y joue à être amoureux.
    Les étapes jouées en raccourci s'apparentent à une sorte de grande répétition générale :
    _ faire la cour (p.136) parler, le baiser, moyen sexuel : tout y est évoqué, selon un certain ordre.
    Mise en situation des personnages.
    _ Simulation du mariage (p.039) après serments échangés (p.138)-> les paroles performatives sont rapportées au moyen du discours direct: "je te prends pour..."
    Le jeu cesse à la scène 2 de l'acte V : "JE NE PUIS VIVRE EN REVE PLUS LONGTEMPS".
    Rosalinde constate ainsi qu'Orlando a réagit favorablement.

    CONTRE L'AMOUR:

    L'amour apparaît à la fois comme remède et poison.
    Rosalinde apparaît comme un médecin (p.116.)
    Un portait négatif du malade d'amour est dépeint : Celui-ci est accusé de faire preuve de négligence envers sa propre personne et de s'isoler en raison de la mélancolie qui l'affecte.
    Le spectateur déduit qu'Orlando est un très beau jeune homme car celui-ci ne répond pas aux accusations portées.

    Guérir le mal par le mal? L'humour est fondé sur une hyperbole en présentant un modèle paradoxal, pêtri de contradictions, instable. Le premier patient est censé être devenu ermite.
    La résistance d'orlando sera durement mise à l'épreuve. Bien entendu, le jeune homme sortira vainqueur de cette situation.

    Topique du XVIème s. : L'amour est responsable de souffrances que l'on ne peut annihiler qu'en l'accomplissant ainsi que le permet le mariage.
    Le topos de la guérison du mal par le mal trouve son origine dans la culture antique. ("amans amantis medicus" : amant médecin pour amant"...)
    -> Ovide, "Les remèdes d'amour" : Adaptation érotique du thème de la blessure guérie par l'arme qui en est la cause; Jean Starobinsky, "Le remède dans le mal" : Téléphisme, Thélèphe, fils d'Hercule aurait désiré empêcher les Grecs de traverser son terrain et ainsi blessé Achille de sa lance. Celui-ci aurait refermé sa blessure au moyen de la pointe de la lance tel que l'avait prédit l'Oracle à Delphes.

    "QUE DE RESSOURCES DANS UN "SI" : il est le préalable nécessaire à l'expérimentation, lequel fournira un profit dans la réalité.
    Orlando et Rosalinde ne cessent de rappeler le protocole.
    La distance est trouble entre le moment à la fois joué et vécu.
    Celle-ci vacille par moments (ainsi p.142 : "je dois te quitter pour deux heures... de toi... courez". Le recours au "vous" par le traducteur. "Ganymède" reprend la parole.*)
    Orlando répond : "Oui, ma chérie" suite à quoi Rosalinde utlise la 2ème p. du pluriel : mais à qui s'adresse-t-elle vraiment?

    => un moment à la fois érotique et émouvant dans lequel Rosalinde exprime son amour de différentes manières. Le trouble s'immisce entre les deux personnages.

    CONTENU DE CETTE EDUCATION SENTIMENTALE:

    Que souhaite apprendre d'orlando, Rosalinde?
    Rosalinde est très critique à l'égard des poèmes d'O., lesquels s'inscrivent pourtant dans le goût de l'époque. La réécriture qu'en fait P.Destouches en est bien entendu parodique et relève d'une conception strictement obscène de l'amour. Rosalinde lui mande de se taire : elle n'est en aucun cas ignorante du discours misogyne et des éalités de la sexualité. L'obscénité s'en trouve ici condamnée.
    Le poème d'Orlando témoigne d'une idéalisation de la femme, il s'érige en ode à la perfection de Rosalinde, incarnation de la perfection des autres femmes. Cet aspect est inspiré par le PETRARQUISME (XIVème s.)
    Poète de langue vernaculaire : il tombe amoureux de Laure aperçue à Pâques sur le parvis d'une église. Son amour n'est pas réciproque. ("Canzoniere": recueil d'odes et de sonnets amoureux.)
    Laure est parée de toutes les perfections. L'amour du corps de la bien-aimée peut être sublimé dans l'amour spirituel pour D. Obsession du nom propre; la célébration de l'être aimé doit être partagée par tous. L'être aimé est fort de la quintessence des qualités féminines. La chasteté est valorisée au même titre que la beauté ineffable.
    La femme est ainsi confinée dans une sphère spirituelle et INACCESSIBLE: c'est précisément cette illusion que Rosalinde va s'employer à faire disparaître.
    De fait, son discours est-il plus réaliste: critique du "fou d'amour", condamnation de tout excès (p.116)
    _ Comparaison animalière de l'intensité amoureuse et du désir: les sentiments passent, tout comme les saisons (...), refus de la mort d'amour (p.137.)
    Rosalinde se fait chantre de la raison et du pragmatisme, lesquels ne s'émancipent pas tant de toutes les illusions (cf. la séparation et l'impatience amoureuse pendant deux longues heures*)

    Il n' y a donc pas de femme parfaite. L'homme est quant à lui tenu de s'adapter à des situations toujours particulières vis à vis d'une femme.
    Aucune limite à l'amour n'existe.

    La REFLEXION SUR LE TEMPS EST OMNIPRESENTE.

    Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven


    _________________
    Le monde est un théâtre!

      La date/heure actuelle est Ven 22 Sep 2017, 12:56 pm