Forum des étudiants de lettres de l'UB

Forum des étudiants de lettres de l'UB

Forum des étudiants de Lettres de l'UB_Discussion, échanges, entraide et partage de cours en ligne


    Cours du 29.09.09 Souiller 1

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 183
    Date d'inscription : 18/03/2008
    Age : 35
    Localisation : Over the rainbow.

    Cours du 29.09.09 Souiller 1

    Message  Admin le Dim 04 Oct 2009, 10:53 pm

    L'essentiel des oeuvres étudiées sont des oeuvres conçues pour la scène.
    Pour quelles raisons cette question de traite-t-elle de manière privilégiée sur la scène?

    Le sujet de ce cours portera sur ce qui suit :
    _Le sentiment primitif qu'on les hommes depuis que la lur dramatique existe, que l'on agit toujours, mais qu'il y a qch qui se surimpose, qui préexiste, qui déforme, qui empêche, canalise cette action.
    => Nous allons nous interroger sur LA POSSIBILITE DE L'ACTION.(rappel, "DRAMA" sig. "action"=> un drame = la représentation d'une action.)

    Or, à la lecture d'Eschylle, le lecteur apprend que la défaite a été voulue par les dieux. Néanmoins, Xerxès est responsable du conflit militaire puisque celui-ci a déclaré la guerre aux Grecs. => Qui est à l'origine de l'action?

    De même, chez Shakespeare : Le fils décide d'assumer le rôle de roi : Décider et Agir, tout en sachant qu'il n'est pas maître de son destin, ce que son propre père lui rappelle.

    Qu'est-ce qu'un DESTIN? Si nul ne le sait, chacun a conscience qu'il existe.

    Racine : Néron décide quant à lui de se libérer de sa mère. La pièce de Racine s'amorce comme suit : Agrippine, attend que son fils daigne lui ouvrir.
    => Un adolescent décide de secouer le joug maternel => action? conquête, volonté, affirmation de soi et conquête de sa liberté?
    Plus ou moins : En effet, il détient un HERITAGE, une forte ascendance, ce que Racine comme le "sang" et dont il est peut-être la victime. Aussi, ne peut-il devenir son propre maître car il réalise son DESTIN BIOLOGIQUE, en se révoltant, tuant son frère avant de commettre nous dit Tacite, l'inceste puis un matricide.
    => Néron est-il véritablement maître de son destin?

    Caldéron : "La vie est un songe" : En raison d'une prédiction funeste, un roi décide d'enfermer son enfant. Toutefois, ce n'est qu'à partir du moment où le Roi a mis son fils à l'écart, il en a fait une bête sauvage. En tentant d'éviter son destin, il le provoque et le réalise.
    Toutefois la pièce se résout : Cet adolescent, en intériorisant l'ordre, triomphe du destin autant qu'il triomphe de lui-même. S'il s'oppose dans un premier temps à son père, il finit dans un second par accepter de se soumettre à son autorité.

    La pièce de Caldéron entretient un lien étroit avec le mythe oedipien. Dans les deux situations, préexiste une parole funeste : Il tuera son père et épousera sa propre mère.
    Le rapport de similitude est établi par un motif commun important : C'est en tentant de contourner le destin que le père le fait au contraire advenir et se réaliser.

    La pièce pose donc en termes dialectiques d'emblée cette question:
    Il existe certes une expérience immédiate de la LIBERTE, (je veux sortir de cette impasse, je veux retrouver mes parents, ne pas tuer mon père etc...) et d'un DESTIN qui se réalise par l'exercice de cette liberté.
    = L'évidence d'une action libre et l'évidence d'une action qui se réalise par le biais de cette liberté.

    Qu'est-ce que le destin?

    -> une parole préexistante?

    Cette question soulève les deux problèmes suivants:
    _ Celui s'attachant à l'existence de la PROVIDENCE ;
    _ Le FATUM : "Fari" = supin du verbe "fatum" signifiant "dire" aussi le destin est-il une PAROLE.

    Les questions sous-jacentes qui affleurent sont dès lors :
    _ Que peut l'Homme?
    _ Y a-t-il présence d'une divinité?
    _ Présence d'une transcendance?

    "En attendant Godot" constituerait le contrepoint maximal de ce qui précède? : ici, nulle possibilité d'agir car le monde est dépourvu de sens. on attand Godot, le vie de dans un monde qui n'a plus de sens.

    Selon Eschylle, l'hypothèse première porte sur l'interrogation de l'AGIR dans un univers régi et dominé par les dieux ainsi que la parole. ex: Xersès : J'ai envahi la Grèce (volonté), j'ai été battu par les dieux (expression d'un destin, d'une parole qui a dit que les Perses seraient vaincus par les Grecs.)
    Une pensée simple?

    Il n'en est rien, les auteurs étudiés développent des thèses modernes, fortement valorisées dans notre société:
    Ainsi, pour Platon, sa réflexion aboutit à une théorie de lutte des classes élaborée au terme de "La République"
    Saint-Augustin évoque en filigrane une théorie de l'Inconscient et du rêve, tandis que Shakespeare met en scène le conflit qui quelques siècles plus tard sera connu sous la dénomination de "complexe d'Oedipe" (Hamlet.) Les concepts d'Inconscient et de pensée de l'Histoire ne lui sont de surcroît nullement étrangers.
    "Les Perses" reflètent également une pensée de l'Histoire que développera Marx.

    Eschylle, "Les Perses" propose une troisième explication : Xersès serait victime de son caractère, de son tempérament ce qui correspond à une explication psychologique, laquelle ouvre la porte à l'explication suivante :
    C'est une jeune immature, mal conseillé par les vieillards de la Cité et qui ne se maîtrise pas lui-même => Il est donc possible d'expliquer la pièce en ayant recours à la psychanalyse.

    L'interprétation psychanalytique s'avère particulièrement pertinente chez Shakespeare:
    Le père biologique, le Roi Henri IV et le père de coeur, symbolique, qu'il tuera selon le principe du complexe oedipien (intérioriser la figure paternelle pour ensuite la dépasser.)
    Le héros acquière la maturité en se revêtant des effets de son père dont il assumera à son tour la charge royale ainsi qu'en reniant ce père symbolique qu'incarne Falstaff.

    La pièce de Caldéron s'appréhende quant à elle aisément comme la réactualisation du mythe oedipien.

    L'apport psychanalytique n'est pas non plus dénué d'intérêt s'agissant de l'oeuvre de Racine : Mère castratrice, fils inhibé, qui se révolte et décide de vivre sa vie. Le problème qui s'ensuit relève de l'auto-destruction, ce à quoi nous aboutissons en suivant nos instincts estime Caldéron.

    => Notre réflexion fait appel à une multiplicité de méthodes, d'approches.
    Affleurent de nouvelles questions:
    _ Quelles sont les conditions de la représentation?
    Shakespeare écrit pour ses contemporains, Eschylle, à l'attention d'Athènes dans des circonstances particulières (les concours...) aussi sera-t-il nécessaire de connaître quelles sont les façons de s'exprimer, de représenter à cette époque.
    _ Qu'est-ce que le théâtre?
    -> Le théâtre en musique? En effet, Eschylle, Caldéron et Shakespeare sont accompagnés de musique, il en est de même d'une certaine manière pour Racine puisque son texte s'appuie sur la musicalité du vers.
    Racine a en outre écrit deux pièces accompagnées de musique : "Esther" et "Athalie".
    La grande interprète de Racine, La Champsmelé psalmodiait le texte.
    ("ils étaient du dernier bien ensemble" : la langue du XVIIème siècle fonctionne par euphémisation.)

    => Dessiner les contours dialectiques d'une pensée sur l'homme et son destin en prenant comme figure de référence, celui qui détient le pouvoir, celui qui se trouve donc investi au plus haut point de l'AGIR.

    Conclusion : "Tragédie du pouvoir, l'Homme et son destin?" Le propos n'est pas clair, les notions sont floues (multiplicité de termes en grec.)
    => Littérature comparée = liberté de se mouvoir à l'intérieur d'une question.

    Une question synchronique :
    LE POETE DE L'AMOUR : Ovide, Shakespeare -(Les Sonnets), Goethe, Eluard.
    = Point commun de ses auteurs : Un "je" qui s'exprime, qui souffre, au travers de la poésie et qui évoque la douleur qui l'anime.

    Pluralité d'approches : textuelle, appuyée sur le jeu de la poétique et des métaphores, philosophique, théologique ou dramatique.
    La littérature comparée met également au jour la similitude de certains motifs romanesques, une certaine forme de redondance.

    Les cercles concentriques:
    _ Situer les mentalités, la pensée philosophique, la pensée du destin au moment où l'oeuvre est écrite, étude des biographies des auteurs, ensuite s'interroger sur ce qu'est une tragédie à l'époquee d'Eschylle, ce que recouvre la notion de représentation aux époques respectives des oeuvres étudiées de manière à comprendre la forme car celle-ci est signifiante.
    L'étudier permet déjà d'une certaine manière de saisir ce qu'est le destin pour ces auteurs : Racine présente une pièce qui se déroule sur 24 heures tandis que la durée accuse un flou et une importance bien plus considérable dans la pièce de Shakespeare.
    La pièce d'Eschylle peut être abordée de manière similaire à une enquête policière : Quelles sont les raisons de la défaite? Qui en est responsable?
    L'interrogation portera notamment sur la définition du jeu voire de ce que l'on désigne par "pièce de théâtre".

    => le théâtre est une représentation au sens de MIMESIS. Cette notion s'opposeà l'imitation, laquelle n'émane que d'une volonté de "faire vrai".
    La représentation a pour objet le don d'une forme signifiante : un EQUIVALENT SYLBOLIQUE DU REEL (ex.: la bataille des Perses et des Grecs est représentée par un discours.)
    Le théâtre offre un EQUIVALENT ainsi qu'une IMAGE DOTEE d'un sens.


    La Grèce est le lieu où émerge le théâtre européen.
    On y représente dans un premier temps les mythes qui lui sont inhérents.
    Le MYTHOS correspond à la pensée mythique.
    La Grèce possède une religion polythéiste comprenant un corpus relatant les récits de la naissance du monde, des dieux,la lutte que ces derniers entreprirent à l'encontre des Géants, la prise de pouvoir par Zeus puis le Déluge.
    Les mythes représentés retracent l'histoire de deux familles : Les Atrides et les Labdacides (dont est issu Oedipe)
    Ces familles sont victimes de la malédiction des dieux, néanmoins Agamemnon et Oedipe sont des héros.

    Qu'est-ce qu'un héros?
    -> Celui qui s'OPPOSE A UN ORDRE et par là en SOUFFRE.
    Il devient en outre le PORTE-PAROLE d'une HUMANITE QUI SE CHERCHE.

    Mythes/ Drames historiques ?
    -> Le MYTHOS : Récit des origines, récit fondateur par une civilisation qui se constitue, marque ses valeurs.
    Il instaure un ORDRE DU MONDE, il édicte une LOI à laquelle tout homme est soumis.

    ex.: Laïos est victime des dieux. Famille des Atrides. Atrée détesté des dieux = crime primitif (leurs a servi ses enfants à manger je crois)
    Oedipe est odieux au monde divin car a commis les pêchés que sont le parricide et l'inceste (interdits fondateurs de toute société.)
    Néanmoins, il accède au rang de héros ce qui constitue un paradoxe.
    Oedipe à l'instar de Zadig est un personnage qui demande _ "Pourquoi"? Et qui est une victime.

    Le théâtre apparaît au moment où face au mythos, se construit le LOGOS.
    Le LOGOS est un mode qui s'édifie par la RAISON et le QUESTIONNEMENT. Il s'OPPOSE AU SACRE auquel il préfère la réflexion humaine et la recherche des causes.

    Le théâtre grec voit le jour à un moment crucial de l'histoire de la Cité : celui où la société grecque du règne du mythos et entame une réflexion quant à son développement.

    "Les Perses" constitue la seule pièce grecque traitant d'un évènement historique réel qui nous soit parvenue.
    Les grecs s'interrogent sur la raison effective de leur victoire tandis que le camps opposé tente de comprendre les causes de leur défaite.

    Le LOGOS : introduit en seulement 150 ans une révolution majeure, cet écart temporel s'amorce à partir de la période durant laquelle sont jouées les pièces d'Eschylle jusqu'à celle témoignant de l'essor de la philosophie grecque (Socrate-Platon-Aristote)
    D'une société régie par le mythos, fait suite une nouvelle donnant la part belle à la rationalité et la dignité humaine résultant de l'invention de la démocratie.
    Le pouvoir est désormais exercé par une collectivité d'individus qui ECRIT LUI-MEME ses lois, celles-ci n'étant pas reçues d'un au-delà (mythos.)

    A cette même époque, Socrate met en place la MAÏEUTIQUE.

    => Irruption d'un RECIT RATIONNEL.

    Dionysos : EXTASIS : sortir de soi-même.
    =/= Apollon, dieu de la LUMIERE (= PHOIBOS-APOLLON : Le Soleil)
    => Aussi la métaphore des "Lumières" se justifie-t-elle notamment par analogie avec la figure d'Apollon en tant que dieu de la mesure et de la rationalité.
    = Apparition de la lumière perçant l'obscurité.

    Nietzsche à travers "La naissance de la tragédie" oppose l'APOLINIEN au DIONYSIAQUE.
    Dionysos, fils de Zeus et d'une mortelle, Sémélé. Il devient le dieu du vin, de l'excès et de la démesure.
    Les bacchantes célèbrent son culte. Les femmes sont ainsi choisies pour leur capacité supposée à entrer plus volontiers en relation avec les puissances non rationnelles.
    Lors de ces fêtes, les bacchantes enivrées sortent de la ville et se rendent célébrer le culte orgiaque une fois la nuit tombée.
    Les connotations sous-jacentes relèvent des passions, de la sexualité. Leur dessein consiste à accéder à l'extasis par l'ivresse, forme de connaissance liée à la nuit.

    -> Apollon : son temple se situe à Delphes. Les grecs se rendent à l'Oracle, la parole.
    Cet endroit est ancré dans une sorte de demi-pente, de falaise, d'où émerge une gigantesque faille.
    Phoibos-Apollon aurait combattu puis tué un serpent géant. A l'endroit où celui-ci serait mort aurait été élevé l'autel destiné à l'Oracle.
    le serpent est une manifestation chtonienne (issu de la terre), il est tué par le dieu de la lumière qui fixe son oracle à l'endroit où a été dominé et tué cette émanation des profondeurs.
    Dans ce lieu, se rencontre UNE PAROLE que le DIEU DE LA LUMIERE S'ATTACHERA A ELUCIDER.
    (grotte, fumées crachées enivrantes, dans l'obscurité, une jeune fille délivre dans son ivresse des paroles confuses, prophéties que le prêtre du dieu interprète.)

    => Apollon a anéanti cette émanation des profondeurs de l'Inconscient.
    La rencontre des profondeurs et de la lumière correspond bien au centre du monde que constitue selon les Grecs, Delphes, nombril du monde.

    Selon Pascal, celui qui ne veut être que lumières et raison se fourvoie tandis que donner tous pouvoirs à l'Inconscient se réduit à l'auto-destruction. L'homme doit réaliser un équilibre entre Dionysos et Apollon, l'obscurité et les lumières.


    _________________
    Le monde est un théâtre!

      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov 2017, 7:36 pm