Forum des étudiants de lettres de l'UB

Forum des étudiants de lettres de l'UB

Forum des étudiants de Lettres de l'UB_Discussion, échanges, entraide et partage de cours en ligne


    LA COMMEDIA DELL' ARTE

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 183
    Date d'inscription : 18/03/2008
    Age : 35
    Localisation : Over the rainbow.

    LA COMMEDIA DELL' ARTE

    Message  Admin le Mer 30 Sep 2009, 8:26 pm

    CHAPITRE VI : LA COMMEDIA DELL'ARTE

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Commedia_dell%27arte

    Entrée en matière : Théophile Gautier a écrit dans le "Capitaine Fracasse" ce qui suit : "La pantomime est la vraie comédie humaine (...) avec quatre ou cinq types, elle suffit à tout".



    http://paularbear.free.fr/commedia-dell-arte/heritage/personnages.html

    excellent site, complet sur les personnages appartenant à la CDA.




    I définition

    1. Origines :

    _Trouve source à l' EPOQUE ROMAINE, sa forme ancienne est l' ATELLANE, forme burlesque, souvent OBSCENE sont les pèces étaient jouées en guise d'intermèdes s'intercalant entre deux peuvre tragiques. Elle mettaiet en scène des PG STEREOTUPES et portant des MASQUES. (Maccus le glouton, Papus, le vieux gâteux...)
    L'action s'appuyer sur un CANEVAS ménageant une large place à l'IMPROVISATION, ingrédients qui composeront plus tard la commedia dell' arte.
    L'atéllane constitue peu à peu un genre essentiellement obscène disparaissant onjointement avec le théâtre romain et les jeux du Cirque.

    La naissance de la Commedia dell 'arte (CDA) prend acte en 1545 lorsque huit comédiens italiens signent un contrat par lequel ils quittent l'emploi de DILETTANTI pour adopter un statut PROFESSIONNEL DE L'ART d'où le nom de cette forme de théâte.
    De fait, le théâte devient payant.
    L'un des auterus majeurs de la CDA est un auteur du XVIème siècle, RUZZANTE

    www.ruzzante.it/ - 4k


    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ruzzante


    Dario Fo (auteur italien actuel détenteur du prix Nobel) a déclaré "Un extaordianaire homme de théâtre (...) plus grand auteur vant l'arrivée de Shakespeare".
    A mis au point au langage original en ayant recours à la variété des dialectes italiens ainsi que des onomatopées souvent extraites de sa propre invention.

    Quelques invitées en France sont devenues célèbres : les GELOSI (16ème), les COMISI FEDELI (17ème).
    Un des leurs BELTRANE a fondé une troupe qui se fixa à Paris et dont Molière, enfant assista aux représentations.

    2.Caractèristiques:

    Les représentations se jouent dans un premier sur de simples TRETEAUX.
    Le comique est principalement GESTUEL (prédominance des pitreries).
    La CDA est un théâtre ANTI-LITTERAIRE. Les textes ne sont pas rédigés à l'avance, les acteurs improvisent à partir de simples CANEVAS.
    La pièce s'apparent ainsi à une sorte de CREATION COLLECTIVE.
    Quelques fragements de texte en vers seront toutefois mis en PROSE par CARLO GOLDONI.
    L'acteur peut s'appuyant sur une pièce existante, écrite mais s' inspirera seulement de l'intrigue de manière à l'étoffer, inventer à partir de celle-ci.
    Une mise à l'écrit pouvait être envisagée si la COMMEDIA connaissait un vif succès et se voyait régulièrement jouée.
    Les intrigues sont redondantes et peu originales. Des maîtres autoritaires se font taquiner par leurs domestiques; des vieillards gâteux s'amourachent de jeunes filles, de vieux avares subissent des quiproquos et sont assujetties à la paranoïa la plus bouffone. Ces quelques aspects constituent les intrigues de base de la CDA.
    Certaines intrigues s'ajoutent aux précédentes et font la part belle à l'ACTUALITE.

    Les troupes comprenaient entre 10 et 20 acterus, dirigées par un chef de troupe distribuant les rôles.
    Musiciens, jongleurs et acrobates se joignaient occasionnellement à la troupe, leur rôle consistait à divertir le public, alors que la pièce n'avait pas encore comencée ou bien lorsqu'elle celle-ci était achevée.

    La présence de femmes bien que peu importante d'un point de vue numérique, est toutefois significative, puisqu' elle rompait avec les mentalités du théâtre antique et classique. Les rôles de femmes sont interprétées par des comédiennes.

    Les troupes les plus riches jouissaient de la présence d'un auteur.



    II. LE BRIO DE L'ACTEUR.

    _Ascensions périlleuses;
    _ Devaient posséder un visage très expressif : Grand talent de MIMIQUES.
    _Le succès de la pièce reposait sur le talent de l'acteur
    _conditions : Traduire une grande vivacité dans l'échange de répliques alliée à la capacité de jouer en troupe; savoir s'effacer ou intervenir au moment opportun, être en mesure de venir en aide à un confrère => supposent une grande amitié / solidarité au sein de la troupe.

    Lorsque les acteurs faisaient l'expèrience de "blancs" : Grimaces, contorsions, mime d'un épisode ou recours aux LAZZI (quolibets, insultes éventuellment, plaisanteris stéréotypées; par exemple : donner une gifle avec le pied ou scène lors de laquelle l'acteur faisait mine de déguster des cerises contenues dans un chapeau et en carchait les noyaus imaginaires sur on partenaire bien réel)

    Les propos de l'acteur occupait une place moindre au regard de son attitude répondant aux attentes du public.
    Le côté comique repose sur LE RIDICULE des personnages renforcé par leurs caractéristiques physiques : nez proéminant, jambes torses...
    Les acteurs jouaient notamment sur les PARTICULARITES LOCALES : Reours aux dialectes de certaines villes, le dialecte étant objet de moquerie.
    Aussi, Bologne se moquait-elle de Venise et inversement...

    Quatre types de personnages essentiels : Pantalon, le Docteur, le Capitan, les Valets (ZANNI).
    Les amoureux et les suivants viendront étoffer cette liste initiale.

    1.PANTALONE:

    _Vient de Venise (riche), vieux marchand, parfois riche mais parfois ruiné.
    Ce qui le caractétirise : les éternelles avances qu'il se met en tête d'imposer une jeune femme et qui n'aboutissent pour son malheur, jamais de manière positive.
    Il s'investit tant dans ses affaires de coeur, qu'il en sacrifie le bonheur de ses propres enfants, souvent deux jeunes filles ou un fils.
    Se fait très souvent duper et le plus généralement par son propre valet : ARLEQUIN.
    Il symbolise le pouvoir et la richesse associés à la ville de Venise car commerçante et bourgeoise mais également la chute de celle-ci.
    Son costume : Béret, veste rouge, hauts de chausse, une ceinture à laquelle sont joints une épée, un mouchoir et une bourse. Ses épaules sont couvertesd'un long manteau noir souvent doublé de rouge.
    Ils est chaussé de bas noirs ou de babouches.
    Il porte un masque présentant un nez crochhu, des sourcils épais et broussailleux ainsi qu'une barbichette qu'il affectionne tout particulièrement de caresser entre ses doigts.
    Son costume est l'un des déguisements courant du Carnaval de Venise.

    2. IL DOTTORE :

    Bien entendu, lui est originaire de Bologne. De fait il est censé instruit instruit, son personnage se trouve donc associé à des personnages exerçant la profession de médecin, d' avocat ou de notaire, justifiant son nom de Docteur.
    Prétentieux, il émaille son discours de citations latines, le plus souvent énoncées hors de propos.
    Il est impossible d'interrompre le Docteur lorsqu'il tient ses longs dicours logorrhéiques.
    C'est au tribunal que l'étendue de son ignorance se fait jour.
    Le Docteur est tantôt l'ami, tantôt le rival de Pantalone mais tout aussi libidineux que lui.
    Il est symbole du pouvoir intellectuel.
    Son apparence physique est la suivante : Le Docteur possède un ventre énorme, l'empêchant de se mouvoir aisément, ne pouvant se pencher ni marcher avec souplesse et élégance...
    Il porte le costume d'un notable de l'époque (-> que l'on rencontrera à travers les pièces de Molière.)
    Il est en outre affublé de la coiffe des notaires ou des médecins. Son costume connaît toutesfois quelques évolutions au cours du temps; un chapeau extravagant et une fraise (élément repris à son tour par notre Molière national) complèteront son apparence vestimentaire.
    Un demi-masque doté d'un nez charnu lui couvre une partie du visage.

    3.COLOMBINA

    _Frnçaise, servante malicieuse. Charmante, elle n'est toutefois pas modèle de vertu à l'instar de son soupirant, Arlequin.
    Elle est parfois connue sous le nom d'"Arlequina". Elle s'exprime en dialecte toscan et utilise différents patois. Elle incarne l'indépendance et le franc-parlé. Colombina n'a pas la langue dans sa poche et se montre en toutes circonstances d'une ruse déconcertante. Souvent, elle est une fille-mère séparée de son enfant et femme de chambre d'une aristocrate.
    Parfois, on l'a présente comme ayant été séduite puis abandonnée par Arlequin.
    Une fée la rpotège dans certaines pièces et lui permet d'épouser Arlequin.
    Semblable à son soupirant volage, elle dotée d'un fort optimisme, d'une grande énergie, elle est très piquante (Molière appréciera et utilisera à son tour ces qualités).
    Colombina sait mener les hommes par le bout du nez afin de parvenir à ses fins.
    Colombina est la parfaite alliée de sa maîtresse dont elle favorise les amours.
    Elle est vétue d'un costume de soubrette (jupon et corsages, tablier blanc).
    Lorsqu'elle est amoureuse d'Arlequin, elle est habillée en Arlequine.Ses cheveux sont couverts d'un tablier blanc; Colombina ne porte pas de masque.

    4. PULCINELLA (POLICHINELLE)

    Polichinelle est Napolitain. Serviteur idiot il peut toutefois se montrer astucieux. D'apparennce affable, el peut néanmoins témoigner d'une grande cruauté _Polichinelle n'hésite pas à jouer les tueurs à gages_ mais également faire preuve de courage.
    Sa gestuelle est très vive, sa voix assez stridente.
    Il est dit que le Diable l'ayant attrapé par le dos puis laissé lourdement choir expliquerait la bosse dont son dos est pourvue.
    Son apparence physique générale s'inscrit sous le signe de la difformité : En outre sa bosse, Polichinelle est doté d'un méchant nez crochu en forme de bec, d'un ventre très proéminent et chaussé de vilains sabots.
    Polichinelle porte toujours des armes. Il constitue un personnage particulièrement intéressant à jouer puisque caractérisé par une personnalité mutiple, Polichinelle est "caméléon". Il peut être maître, magistrat ou savant.
    Losqu'il est personnage grossier et balourd, ses paroles se font l'écho de vérités cachées, émanant parfois du "bon sens populaire".
    Personnage ambivalent, loquace, Polichinelle garde difficilement les secrets qui lui sont confiés.
    Ce dernier point justifie l'usage de l'expression "Un secret de Polichinelle".
    Polichinelle est l'incarantion de la fourberis.
    Son costme est constitué d'une chemise blanche serrée par une ceinture. Une sabre en bois et une bourse agrémentent cette dernière. Il porte un pantalon large ainsi qu'une collerette. Sa tête est coiffée d'une sorte de calotte de couleur blanche ou de haut bonnet. Au final, son aspect est ridicule.
    Polichinelle porte un masque noir, Son nez crochu ainsi que les rides qui strient son visage se trouvent grandement mis en valeur par le masque sui lui est attrivué.

    5.BRIGHELLA

    Ce personnage est un serviteur malin et ingénieux dont l'héritier littéraire s'incarnera dans la figure du Scappin de Molière.
    Brighella est entièrement dépourvu de scrupules, il peut aussi bien aider son prochain que le duper effrontément.
    Sa particulraité réside dans sa capacité à s'adapter à tous les métiers, il est ainsi tour à tour tavernier, soldat, serviteur ou voleur.
    Il est né à Bergame-haute; intelligent, il s'oppose aux habitants de Bergame-Basse considérés comme de fiéffés imbéciles.
    Il se démarque par une certaine asurance et une haute estime de sa personne, ce qui ne l'empêche pas d'être un paresseux notoire. L'argent et de minables intrigues amoureuses constituent ses principaux centres d'intérêt. Il aimme à combiner des mariages mais jamais mué par générosité et altruisme.
    Brighella agit toujours dans son propre intérêt ou par plaisir de duper quelque victime.
    Il s'érige ainsi en symbole de la ruse.
    Son nom s'appuie sur le sens de "Brigha" signifiant "Querelle".
    Il porte une large chemise ainsi qu'un pntalon de toile. Il est en outre vêtu d'une veste bardée de rayures vertes figurant une sorte de livrée, un manteau court. La toque qui orne sa tête est bordée de vert. A sa ceinture sont attachés une bourse de cuir et un court poignard. Il s'exprime naturellement en dialecte bergamase.
    Musicien et chanteur, Brighella s'accompagne volontiers d'une guitare.

    6.IL CAPITANO : Le MATAMORE (comédie esp. 16ème)

    L'un des personnages les plus anciens, il est issu de la comédie romaine et tout particulièrement de l'oeuvre de Plaute ( 254-184 av. J.C.; "Aulularia" a inpirait Molière pour "L'Avare tandis notre Matamore s'est déjà illustré dans le "Soldtat fanfaron", ses personnages empruntent les sujets aux auteurs grecs et annoncent déjà les types de la Commedia dell' Arte nous apprend le Larousse 2007.)
    Capitaine appartenant à une armée de son pays _différent selon les intrigues_ Il Capitano est un soldat fanfaron, vaniteux et couard. Son italien est émaillé de termes simili-espagnols.
    Il aime à décrire ses campagnes militaires.
    Son nom varie : Il est "Epouvante", "Fracasse" (d' où "Le capitaine Fracasse"), "Capitan", "Brise-Fer"...
    Amoureux exigeant, sa jalousie n'a d'égale que sa vantadise.
    Le capitaine déclame souvent ses grandes entreprises guerrières à des valets qui ne lui prêtent aucune attention.
    Bien qu'il parle de la guerre, ses propos provoquent indubitablement le rire. Ses entrées fracassantes, épée à la main se prêtent de comique, il en est de même de ses sorties au pas de charge tout aussi grotesques. (Les soldats pilleurs de fermes, oncapables de se battre sont ici visés.)
    Le Capitaine revient le plus généralement tout tremblant de ses escapades belliqueuses.
    Les femmes savent utiliser ce brave soldat également victime de prédilection des valets ou de Brighella.
    Comme il se doit, le Matamore porte un uniforme strié de rayures multicolores et orné prétentieusement de boutons dorés.
    Une colerette et un chapeau à grandes plumes complètent son porttrait.
    Il est chaussé de bottes à revers et pourvu d'une longue épée. Parfois coiffé d'un casque il ne porte jamais de masque.

    7.ARLECCHINO

    Pauvre Arlequin; il est né à Bergame-Basse aussi est-t-il fort stupide et crédule. Au cours du temps, son personnage gagnera en intelligence et en ruse.
    Optimiste, Arlequin trouve toujours une solution à tous les problèmes.
    Il peut être immoral mais toujours paresseux, gourmand il aprrécie les plaisirs de la vie et de la chair, Polichinelle est un coureur de jupons.
    Il est également gentil pouvant s'avérer être un amoureux tendre et fidèle.
    Son goût pour le jeu et tout ce qui est susceptible de l'amuser, aimant faire de l'esprit en font de lui le personnage préféré des enfants.
    Il évoque la fantaisie, le mouvement et la vie.
    Son costume est composé d'un pantalon et d'une veste coupée dans des tissus différents et très colorés. Cet habit rapiécé était à l'origine le signe de sa pauvreté.
    A partir du XVIIème siècle, son personnage adopte le costume qu'on lui connaît actuellement, assemblage de différents losanges bleus, verts et rouges.
    Il est coiffé d'un béret blanc agrémenté d'une queue de renard ou de lapin.
    Ses chaussures plates et légères se prêtent aisément à la réalisation d'acrobaties.
    A sa ceinture, sont coincés une bourse ainsi qu'un gourdin à connotation érotique.
    Son visage est dissimulé par un demi-masque aux traits démoniaques, une bosse rouge domine son crâne.

    8.PIERROT

    Le plus mlheureux. Tout de blanc vêtu, il est amoureux, l'éternel amoureux de Colombina. Il ne dispose d'aucun masque.

    9.LELIO (FLAMINIO, OCTAVIO, LEANDRE _chez Molière_etc.)

    Son origine et sa profession sont inconnues.
    Il est le jeune premier amoureux d'Isabelle.
    Il est à l'origine des intrigues psychologiques de la CDA, mettant en scène des amours contrariées occasionnant conflits et jalousies.
    Lélio et Isabelle sont deux personnages très touchants.
    Tout en demeurant assez autoritaires, ils ont souvent recours euw services ingénieux de leiurs valets et servantes.
    Lélio devient Pantalone en vieillissant...
    Aussi fait-il déjà preuve de terribles éclats de colère.
    Son costume est somptueux : il est celui que portent les aristocrates fortunés de l'époque contemporaine aux représentations des pièces.

    10.ISABELLE

    Jeune première gracieuse et raffinée. Elle vit dans un monde à part et s'évanouit lorsqu' elle se trouve dans une situation embarrassante. Molière fait d'elle un personnage superficiel préoccupée par l'acchat et le choix de bijoux, chapeaux ou autres falbalas. Elle est Célimène dans "Le Misanthrope".
    Elle porte un costume de Cour aristocrate variant selon la mode de l'époque.

    11. SCARAMOUCHE

    Son origine est inconnue.
    Il est parfois le fils ou le peit-fils du Matamore. Se prétends Prince ou Seigneur d'une contrée lointaine; en réalité il est valet.
    Scaramouche est physqiuement très agile, fort à donner des soufflets avec son pied.
    Son costume est entièrement noir.

    Textes de la CDA disponibles : http://www.auchatperche.com/classiques.html


    III. Evolution de la CDA

    1.MOLIERE

    Enfant, il a assisté à de nombreuses représentations de la CDA.
    En 1658, sa troupe et celle des Italiens (la CDA) partagent le mêm théâtre : la Palis-Royal.
    M. voue une admiration axtraordinaire à un acteur dénommé Tiberio Fiorilli qui jouait Scaramouche.
    Il est sans doute à l'origine de la vocation comique de Molière.
    Molière assimile la technique et le répertoire italien dont il retient notamment le dénouement heureux.
    Les valets de la CDA, les ZANNIS figurent largement dans les pièces du dramaturge français à travers l'emploi de confidents.
    Les jeunes amoureux, le médecin ainsi que le méchant vieillard colérique et avare se joigent à ces derniers.
    Si Molière s'est largement inspiré de la CDA, les troupes italiennnes en feront de même plus tardivement à partir de ses pièces.Un véritable échange s'est donc instauré le théâtre italien et Molère.

    2.Du XVIIème au XXème siècle.

    Sous l'influence des évolutions politiques et sociales, la CDA va connaître de grand bouleversements.
    Les ZANNIS sont plus sûrs d'eux voire même convaincus de leur réelle supèriorité.
    GOLDONI _que l'on a parfois assimilé à Molière_ substitue aux pièces reposant sur des canevas des pièces écrites.
    Ils ôtent aux acteurs leurs masques et coposent des comédies de caractères. Les personnages sont désormais dotés d'une véritable individualité. Selon Carlo Goldoni, le XVIIIème siècle est celui de la femme (politiquement, au niveau des relations sociales...) aussi proposent-ils un nombre immportant d'héroînes.
    Les femmes incarnent chaleur et vivacité.
    Leur existence n'est pas pour lui dévolue au mariage.
    Ses héroines expriment et aspirent à une émancipation de la condition féminine.
    Goldoni est un auteur très connu en France, pays dans lequel il a vécu les trente dernières années de sa vie à la Cour de Louis XV.

    MARIVAUX : Héritier de la CDA. Lélio, Arlequin, la Princesse.

    XIXème siècle : La CDA tombe dans l'oubli )à l'exception de la famille DEBURAU (mime) inventrice de la figure du Pierrot lunaire que nous connaissons actuellement (plus tard repris dans "Les enfants du Paradis" qu'incarnera J.-L.Barrault.

    FIN XVIIème, DEBUT XIXème : Le CIRQUE est créé en Angleterre dont sa figure centrale : LE CLOWN, héritier direct de la CDA.
    Personnage stéréotypé, ile ne porte pas le masque mais son visage est fortement maquillé, ce qui fait peuvre de masque.
    Son costume est excentrique, il est maître dans l'art de l'improvisation qu'il déploie à travers des situations bouffones. Sa proximité avec le public est très grande (trait typique de la CDA).

    DARIO FO, auteur contemporain a rencontré FRANCA RAME fille de comédiens itinérants dont la familllle connaissait encore des canevas ancestraux. Il décide les adapter au monde moderne dans "Mystère-bouffe" (1969).

    Bib.: M.Clavilier et D.Duchefdelaville : "CDA : Le jeu masqué", Pu de Grenoble.

    "Mémoires de M.Goldoni pour servir à l'homme de sa vie et celle de son théâtre", Mercure de France.


    _________________
    Le monde est un théâtre!

      La date/heure actuelle est Lun 19 Fév 2018, 6:27 pm