Forum des étudiants de lettres de l'UB

Forum des étudiants de lettres de l'UB

Forum des étudiants de Lettres de l'UB_Discussion, échanges, entraide et partage de cours en ligne


    Cours n° 3

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 183
    Date d'inscription : 18/03/2008
    Age : 35
    Localisation : Over the rainbow.

    Cours n° 3

    Message  Admin le Mar 18 Mar 2008, 11:14 pm

    Introduction :

    La dichotomie caractérisant l'univers des sciences à la littérature est très récent. Il en est de même concenrant la distinction des sciences dites exactes vis-à-vis des sciences occultes. Ces différentes divisions ne prendront leur essor qu' à partir de la révolution épistémologiques survenant au XIXème siècle.
    Le positivisme influence fortement ces récentes conceptions.

    1. L' Antiquité gréco-romaine :

    HERACLITE : (lire Jacqueline de Romilly, "Précis de littérature grecque", PUF)
    La philosophie couvre aussi bien la littérature que l'histoire.
    Demeure de l'oeuvre d' Héraclite une oeuvre morcelée et fragmentaire. "L' Obscur"
    A tâché de concilier les notions de vérité et de changement, en principe contradictoires en valorisant le rôle fondamental endossé par "la discorde", phénomène normal et inhérent à toute pensée.
    "Quand à moi je fais cas de tout ce que l'on peut voir, entendre, apprendre"
    La philosophie d' Héraclite exprimée à travers des formules courtes s'apparente aux paroles auraculaires du prophète à l 'instar des écrits de La Rochefoucault, Pascal ou René Char.
    Les disciplines littéraires et scientifiques partagent une même source aussi s' affirme la vanité de toute volonté de classification.

    VIRGILE : "Les Géorgiques", le titre signifie "L'art de la culture et de la terre".
    De nombreux éléments semblent au premier abord classer cette oeuvre comme un texte agronomique. Il en est de même pour l'oeuvre d'Hésiode, "Les Travaux et les Jours". Cet ouvrage apporte un témoignage exhaustif de la vie des paysans en Grèce au VIIIème siècle avant notre ère. Le poète inscrit l'agriculture dans l'espace prestigieux de l'épopée et considère qu'elle appartient aux activités humaines les plus nobles à l'instar de la pratique guerrière ou sacrificielle.
    La description de cette Arcadie mythique aboutit à une réflexion de même nature s'interrogeant sur les origines de l' Humanité.
    L' alliance des éléments scientifiques (indications agronomiques), mythiques (Arcadie originelle), philosophiques et d'ordre moral (la vie au sein la nature est célébrée, la ruralité apparaissant garante de la moralité et de la vertu) donnne naissance à une multitude d'adages.
    L'état des connaissances s'allie au savoir scientifique, les considérations météorologiques, biologiques et astronomiques s' accompagnent de descriptions s'attachant à la figure de créatures mythologiques.
    La littérature participe pleinement à la présentation de l'ensemble de ces savoirs.

    2. La Renaissance


    RONSARD : L' Humanisme considère que l' ignorance est à l'origine de tous les maux.
    Savants, magiciens, théologiens et poètes usent des mêmes concepts, emploient des formes d' analogie similaires en ayant recours à un langage commun.
    La compartimentation des savoirs trouve son explication dans l'incapacité des hommes aujourd'hui à connaître l'ensemble de la connaissance, problème épistémologique auquel s' emploie à répondre Edgar Morrin (Chroniques sur France Culture) et qui s'oppose au projet humaniste.
    L'univers descriptif lyrique de la nature, l' Hymus appartient à la poésie mondaine. Courtisane, cette littérature répond aux instances d'un dédicataire de l'hymne.
    Du reste, les textes de célébration en l'honneur d'un dieu ou d'un héros inspirent les psaumes des auteurs chrétiens.
    Evoquant les sciences exactes ou non, les louanges visent à célébrer la nature et développer des thèses philosophiques par la mise en scène d' allégories ainsi , "Hymne de la Justice".
    Un récit peut endosser cette fonction présentant par exemple des héros antiques célébrant un haut dignitaire tel que Henri II.

    La littérature et la poèsie, particulièrement prestigieuses, jouissent d'une véritable hégémonie s'exerçant sur l'ensemble des savoirs connus à la Renaissance.
    Le poète est considéré comme un dignitaire éminent
    Il est tout à fait envisageable de se présenter à la fois comme poète et savant.
    Ronsard loue l' étude de la philosophie permettant aux esprits de voyager malgré l'emprise des corps sur ces derniers et la réduction de l'homme à sa contingence.

    L' avènement du positivisme ne divisera que bien plus tardivement l' astronomie de l' astrologie tandis que la philosophie informera indifféremment les hommes de ses doctrines que de son pan surnaturels décrivant en outre des créatures surnaturlles aboutissant à la constitution de sous-catégories aussi fantaisistes que la démonologie.

    A travers "L'Hymne du Ciel", Ronsard met en exergue une conception de l' astronomie héritée de Ptolémée laquelle fait fis des découvertes coperniciennes dont le bouleversement épistémologique a provoqué l'établissment d'un décalage notoire entre le poèsie et la science. L'imaginaire sont use le poère est toujoure mythologique. Le ciel est présenté comme origine et demeure finale de l'homme, cette thèse chrétienne est issue de la philosophie platonicienne.



    Quelques éléments concernant Héraclite, à copier-coller :
    http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://www.memo.fr/Media/Heraclite.jpg&imgrefurl=http://www.memo.fr/dossier.asp%3FID%3D249&h=266&w=300&sz=21&hl=fr&start=13&tbnid=cSXdl2HAsrV-xM:&tbnh=103&tbnw=116&prev=/images%3Fq%3DHERACLITE%26gbv%3D2%26hl%3Dfr%26rls%3DRNFA,RNFA:1970--2,RNFA:fr%26sa%3DG Like a Star @ heaven

      La date/heure actuelle est Sam 21 Avr 2018, 5:59 pm